«Inégalités criantes» : les commerçants veulent pouvoir rouvrir

Historique !


Le Medef soutient les commerces de proximités : « Nous demandons solennellement au gouvernement de rouvrir tous les commerces dès le 13 novembre et de mettre en œuvre de véritables mesures de soutien », ont demandé dans un communiqué commun le 2 novembre les représentants d'une vingtaine de fédérations professionnelles de commerçants, ainsi que les organisations patronales Medef et CPME.
À leurs yeux, «ce sont plusieurs centaines de milliers de points de vente à travers la France et plus de 1,2 million d'emplois salariés et d'indépendants qui sont aujourd'hui menacés» par les mesures de reconfinement, décidées par le gouvernement pour tenter d'endiguer l'épidémie de Covid-19.
«Le succès de la lutte contre la Covid-19 repose tout autant sur l'efficacité des mesures sanitaires que sur son acceptabilité collective», plaident-ils, ajoutant que les décisions prises ne pouvaient être acceptées que lorsqu'elles étaient «comprises et ressenties comme justes par tous».
«Force est de constater que ces conditions ne sont aujourd'hui pas réunies et que les inégalités et les incompréhensions restent criantes», estiment-ils encore.  Parmi les signataires figurent François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), et Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef. Sont également représentées: la Fédération des enseignes de la chaussure, la Fédération nationale des détaillants en maroquinerie et voyage, la Fédération de la maille, de la lingerie et du balnéaire, la Fédération des commerces spécialistes des jouets et des produits de l'enfant, la Fédération nationale de l'habillement, la Fédération pour la promotion du commerce spécialisé ou encore la Fédération française du négoce de l'ameublement et de l'équipement de la maison.

Les associations de commerçants ont par ailleurs demandé au gouvernement «d'étendre sans délai les mesures de soutien à l'ensemble des commerces, quelle que soit leur taille ou leur secteur».  «Cette règle vaut aussi bien pour les loyers, le fonds de solidarité, les charges sociales ou encore les prêts participatifs», disent-elles, demandant également aux banques et aux assurances de «prendre toute leur part à cette crise». «Les pertes d'exploitation subies par les commerces doivent être indemnisées», demandent-elles enfin.

Source : https://francais.rt.com/france/80284-inegalites-criantes-commercants-veulent-pouvoir-rouvrir-13-novembre

 

Pour calmer la colère des commerçants, Jean Castex avait décider de fermer les rayons de “produits non-essentiels” en supermarché et comme le pronostiquait le 2 novembre François Asselineau président de l'UPR : la guerre avait commencé pour décider quels sont les “produits essentiels” qui peuvent être vendus dans les grandes surfaces et quels sont ceux qui ne le sont pas. 
On apprend ce lundi 1er novembre au soir que le Général en chef Castex et son astrologue Véran viennent en effet de décréter que – tout compte fait – les cosmétiques sont des “produits essentiels” mais que les livres ne le sont pas !

Source : https://www.upr.fr/actualite/nouvelles-du-front-de-la-guerre-anticovid-le-rayon-des-cosmetiques-vient-de-tomber/


Dénonçant l'inégalité des mesures de restriction, nous soutenons les représentants des fédérations de commerçants, le Medef et la CPME la Fédération des enseignes de la chaussure, la Fédération nationale des détaillants en maroquinerie et voyage, la Fédération de la maille, de la lingerie et du balnéaire, la Fédération des commerces spécialistes des jouets et des produits de l'enfant, la Fédération nationale de l'habillement, la Fédération pour la promotion du commerce spécialisé ou encore la Fédération française du négoce de l'ameublement et de l'équipement de la maison.
Et nous mettons la pression sur le gouvernement pour que les commerces puissent rouvrir.
Nous soutenons également les maires qui bravent l'interdiction de fermeture :

Commune concernées :
- Migennes
- Yerres
- Fresnay-sur Sarthe
- Les Herbiers
- Decize
- Brive
- Barneville-Carteret
- Aubusson
- Malemort
-Montauban
- Anet
-Les Herbiers
-Perpignan
-Chalon sur Saone
-Frenoy
-Stherbllay
-Pussay
-Bonneval
- Malemort
- Estuaires
- Bressuire, 
-Mauléon, 
-Cerizay, 
-Argentonnay
-Moncoutant-sur-Sèvre
-Nueil-les-Aubiers 
- Objat
-Saint-Jouin-Bruneval (près du havre)
-Villeneuve Louget
-Boulogne
-Faches 
-Thumenils
-Yssingeaux
-Beziers
-Les abrets en Dauphiné 38
-Vimoutier 
-Argentan 
-Emmerin (a comfirme)
-St Chamon (a comfirme)
-St Étienne (a comfirme)

La liste s’allonge.

Maires de France, ne sacrifiez pas vos commerces de proximité.

 

 

Patrice Cali

 

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.